We Are Church International


Tunis est la plus occidentale des capitales arabes et cela  se voit clairement:  de grands boulevards comme en France, une banlieue avec de nombreux bâtiments en construction, le site archéologique de Carthage et beaucoup de tourisme le long des plages de la côte et vers le sud. Grâce au taux de change favorable bon nombre de retraités italiens s'y est installé.

La médina rappelle celles  des autres villes du Moyen-Orient sans avoir la magnificence et l’étendue de celle d’ Istanbul. Au centre  se trouve la grande mosquée qui  est ouverte aux non-musulmans à des horaires bien précis. Je m’y suis rendu hors de ces horaires et  j'ai été éloigné sans cérémonies. En plein centre la grande cathédrale catholique de Saint Vincent de Paul,  en style composite comme la plupart des églises  des anciennes colonies, est un héritage évident de la colonisation française dans un pays qui compte aujourd’hui  vingt mille catholiques. C’est dans ce pays que  les révolutions arabes ont commencé le 14  Janvier 2011. Le dictateur Ben Ali a été chassé, les élections  pour l'Assemblée Constituante ont vu la victoire du parti islamiste «modéré» Ennahdha contre toutes les forces laïques et progressistes qui ont été, et qui le sont encore,  les protagonistes d'une grande explosion des réalités sociales dans une mobilisation perpétuelle. La liberté de la presse et, je pense, de la télévision aussi sont garanties. "La Presse", le principal journal du pays, a  publié trois éditoriaux  d’appréciation pour le forum. Les salafistes sont présents et actifs, les partis de gauche disent qu’ils sont trop protégés ou tolérés par le parti majoritaire. Pendant ce temps, il y a des cellules qui, par des méthodes bien connues, recrutent des combattants  pour la  guerre sainte  en Syrie, et de nombreux jeunes tentent encore de partir pour l'Italie sur des bateaux. Les mères de jeunes gens qui sont partis et  dont on ne sait plus rien ( ils n’envoient pas de leurs nouvelles d’Italie et on n’a pas d’informations précises sur le nombre des naufragés) ont participé le 26 mars  à la manifestation pour l’inauguration du douzième Forum Social Mondial, elles affichaient  les photos  de leurs enfants   et elles en  étaient l'élément le plus touchant.


Une situation économique lourd
Après la révolution la situation économique est empirée en termes d'inflation et de chômage, et le gouvernement  fait face à cette situation avec les «conseils» des politiques néo-libéraux du Fonds Monétaire International. L'Assemblée Constituante discute non seulement sur  la nouvelle constitution avec des discussions animées sur  le rôle de la femme ( on risque  de revenir en arrière  par rapport à la législation «laïque» post-coloniale), mais exprime également la majorité qui soutient  le gouvernement. Le Président de la République, Moncef Marzouki, est un  laïque, ancien membre de la défense des droits de l'homme, mais l'opposition juge  qu’il n’a pas vraiment de pouvoir et que derrière  ce paravent  il y a le gouvernement islamiste. Dans une situation déjà si lourde et en transformation le 6 Février a été assassiné Chokri Belaid, chef du Front populaire d’ l'opposition. Les manifestations ont enflammé le pays, l'assassinat n'a pas été revendiqué mais l'opposition affirme, même assez ouvertement, que les vrais responsables se trouvent au sein du ministère de l'Intérieur. Et puis il arrive encore des faits incroyables : en face du théâtre municipal dans la grande avenue Bourguiba, l'âme de toute la ville, un jeune chômeur et marchand ambulant non autorisé, Adel Khazri, s'est immolé par le feu le 12 Mars, et mourut le lendemain. Il semble que les auto-immolations, après la première du 17 Décembre 2010, qui a commencé la révolution, aient été  nombreuses, 167 selon  Radio Mosaïque, un chiffre effrayant s’il était confirmé.

La douzième Forum social mondial     


   Ces précisions sont nécessaires pour comprendre la situation dans laquelle  a eu lieu  le douzième Forum Social Mondial, le premier dans les pays arabes (en Afrique il y avait déjà eu ceux de Nairobi et de Dakar). Il a été organisé par le Forum du Maghreb, sans contribution, quant à l’organisation,  de la part de la coordination brésilienne de Sao Paul     ( non à cause de désaccords, mais seulement pour la faiblesse actuelle du centre, si j’ai bien compris). Voici les chiffres qu’on a communiqués : 60.000 participants de 127 nationalités, 4500 associations du monde entier, 1612 Ateliers, 1800 journalistes accrédités.  Le titre de ce Forum était un seul mot «Dignité» et  le mot d’ordre est le même que toujours «Un autre monde est possible»  et ce mot n’a jamais été si concret.

 Tout le forum, avec cette quantité de personnes et d'initiatives, a eu lieu à l'Université d'El Manar ( à la banlieue de Tunis, mais tout à fait accessible), ce qui a facilité les travaux. Je me suis souvenu de  ce qui est arrivé pour l'Université de Dakar il ya deux ans : trois jours avant le début du forum, le Président de la République a pratiquement empêché l’accès à l’Université, ce qui a provoqué de gros problèmes.

Le Forum a été un succès incontestable
Ces précisions m’autorisent  à affirmer que, dans cette situation, le forum a été plus qu'un succès. Aucun accident, une organisation logistique acceptable, aucune entrave aux personnes venant de l'extérieur. Les autorités islamistes avaient conscience que  c'était une superbe vitrine  sur le monde et ont accepté de ne pas entraver les travaux et même de ne pas se tenir complètement en dehors. Ce Forum a été un succès pour plusieurs motifs: les forces démocratiques en Tunisie ont constaté la solidarité des mouvements alternatifs à travers le monde qui n’ont pas craint une situation à risque, le circuit des Forums sociaux  a montré qu’il sait tenir à longueur d’années  et sait comprendre la nouveauté des révolutions arabes, la discussion sur les problèmes de la crise et de la mondialisation a poursuivi, la  rencontre directe entre les nombreuses personnes présentes  a aidé aux contacts, aux relations, aux convergences et aux projets communs. La situation est très différente en Europe où les Forums Sociaux  Européens  se sont complètement enlisés (le dernier a eu lieu à Istanbul en 2010) après avoir été à l'avant-garde avec  celui de Florence en 2012.

La structure du Forum
Il est difficile de faire une description exhaustive de toutes les questions soulevées et discutées. Les Forums sont maintenant largement auto-organisés. Le comité organisateur prévoit une structure de base qui consiste dans une marche  le premier jour et une autre le dernier (cette année visée  à la solidarité avec le peuple palestinien), dans des concerts pendant les cinq jours, puis une structure logistique générale pour permettre aux associations et aux mouvements du monde entier qui acceptent la Charte de Porto Alegre (le document fondateur du Forum) d'organiser des colloques ou des réunions, pour proposer, discuter, faire des plans pour l'avenir. Compte tenu du nombre extraordinaire de participants les  organisateurs, depuis quelque temps, invitent, si possible, les associations  à proposer leurs propres sujets  sur le net et ensuite de prendre contact avec ceux qui ont proposé des questions similaires. De cette façon, par courriel ou par skype,  on établit des contacts qui peuvent conduire à l'unification («agglutination» ou «fusion») des  séminaires, en réduire le nombre et en accroître l’importance. La méthode, qui je pense fonctionne tout à fait, ne veut pas dire que les réunions sont encore trop nombreux. Toutes les initiatives sont vus attribuer un espace, une date et une heure qui sont publiés sur le site du forum et imprimé dans un livret-book qui est distribué à tous les participants. Chaque association devra payer un droit d'entrée, plus élevé pour les pays du Nord (150 euros), moins pour d'autres, idem pour chaque participant. Ensuite, chaque initiative doit être payé, vous pouvez demander aux interprètes (à Tunis, cependant, étaient très peu nombreux, a dû faire faire). Dans la zone où le forum est organisé, il ya aussi de nombreuses tentes, des stands où les organisations distribuent des matériaux, présenter, discuter, etc ... Ce sont aussi des opportunités pour de nouveaux contacts et des connaissances de l'immense quantité de problèmes qui existent dans le monde et interventions que vous faites.

Ce qui a été discuté lors du Forum
Afin d'avoir une compréhension générale de la manière dont il va ce forum devrait avoir une délégation de quatre à cinq personnes qui sont répartis dans les différentes réunions pour les domaines d'action et ensuite faire collectivement de la situation. Pour toutes les questions forum permanent sont celles de la puissance excessive de la finance et de la crise qu'elle provoque, les multinationales, l'environnement et sa destruction, les problèmes de citoyenneté, bien-être, la paix et la guerre de tous les scénarios du monde , le statut des femmes, les droits humains, les formes de coopération internationale. Cette année, un rôle majeur en Tunisie ont eu les révolutions arabes, le problème des réfugiés, le problème de la démocratie et de la laïcité par rapport à la religion, le statut des femmes, en bref, les questions émergentes dans le Maghreb et le plus thématiques nouveaux produits relativement courants. Forte présence du problème palestinien qui a été "consacré" le grand événement de clôture de l'après-midi du 30. La majorité des participants étaient, bien sûr, en Afrique du Nord mais il y avait des représentants de partout, nombreux et actifs, la délégation italienne, un certain nombre des Français, puis les Brésiliens et de nombreux autres petits organismes. Le mouvement du forum dans le monde (il ya beaucoup et de façon continue pour des zones géographiques) en face de lui pendant longtemps la question d'une éventuelle plus grande efficacité sur le plan général des nombreux mouvements pour le changement dans le forum rencontrer. Il est supérieur à-plusieurs-proposer que la proposition initiale était celle d'un espace ouvert simples en comparaison de devenir un outil essentiel de l'action, la transformation de la réalité. Que ambitieux mais très difficile à réaliser. En ce sens, cependant, les forums ont commencé un chemin. Le dernier jour de Tunis (comme dans la tribune la plus récente), les associations qui se déplacent sur des motifs similaires ont été invités à organiser des "réunions convergence" programme dans lequel, à travers des réseaux, des moments d'action communs à supranationales ou continentales. Dans ce domaine, il faudra du temps pour reconstituer exactement ce qui a été fait à Tunis et ce qui est déjà dans le programme. Bien sûr, il ya déjà un Altersummit à Athènes le 7/8 Juin.

La présence chrétienne
Cette année, comme par le passé, il n'a pas été un forum de théologie de la libération avant le forum mondial. C'est parce qu'il y avait un S.Leopoldo au Brésil en Octobre l'année dernière une grande assemblée de théologiens de la libération. Il était difficile de répéter une réunion similaire. Le Forum, cependant, était présent avec deux séminaires avec son propre coordinateur et le Brésilien Carlo Susin. Ces deux réunions, cependant, n'étaient pas quelque chose de significatif, à l'exception de l'intervention de Juan José Tamayo, le théologien de Madrid, ce qui a stimulé la théologie islamo-chrétien de libération. Etaient présents le Secours Catholique Français, Caritas et plus de trente comboniens missionnaires, des moines et des nonnes, qui se sont trouvés avant et après le forum de leur session de formation et de débat. Avec Alex Zanotelli était Elisa Kidane Combonifem directeur, Fernando Zolli, Dario Bossi, Daniele Moschetti et d'autres missionnaires, en particulier de l'Afrique, tout différent de l'ancien cliché de l'ancien «missionnaire» de nos paroisses, toutes les barricades dans un autre monde possible. Ils ont organisé le séminaire "anti-mondialisation".

Le séminaire de «Nous sommes Eglise"
J'ai représenté le Mouvement international We Are Church. Avec le European Network Church on the Move  (cousine de mouvement en Europe à la suite notamment des questions sociales, de la laïcité et des droits de l'homme), nous avons organisé une conférence sur "" la liberté et la règle de droit: les défis d'une société démocratique avec différents visions du monde. " Il a dit la présentation: «comment construire une société démocratique qui permet à tous ses membres de vivre pacifiquement en respectant la liberté, en particulier celle de la conscience, et de leurs droits, quelle que soit leur religion, athée ou agnostique." Nous avons pu organiser avec le Manifeste des Libertés français, avec Cristianisme y Iusticia (jésuites Barcelone a rencontré via Internet) et le Cercle Gaston Crémieux (les Juifs non israéliens). Il été un vif débat, utile à connaître l'autre et continuer sur cette voie du dialogue interculturel dans lequel les chrétiens devraient être les protagonistes.
Mais je veux enfin donner un avis de la cathédrale. Nous étions tenus du jeudi au samedi toutes les cérémonies traditionnelles de la Semaine Sainte. L'église était pleine, le trente Comboni a participé à tous les rituels, ceux-ci étaient pour la plupart noirs, quelques-uns des forums sociaux et les autres Européens présents à Tunis. Splendid chorus, baptême passionnant pendant la messe du samedi saint d'environ vingt hommes, les filles et les garçons, les All Blacks. C'est une découverte de l'Eglise, loin de Rome, dans un pays dans lequel vous êtes dans la minorité et la signification de saisir et de symboles qui font partie de la vie quotidienne ici et parlent peu.

Vittorio Bellavite